Uncategorized

Illégal (2010)

Play Podcast
3 min. and 35 sec.
Play Podcast
3 min. and 35 sec.

Illégal est le deuxième long-métrage d’Olivier Masset-Depasse, un réalisateur Belge né à Charleroi, en 1971. Ce film est une coproduction entre la Belgique, la France et le Luxembourg avec un budget se montant à 2,2 millions d’euros. La production a cherché à rendre avec un maximum de réalisme les lieux et les personnages de l’histoire, jusqu’à reproduire, dans un bâtiment industriel abandonné un centre de rétention administrative pour immigrés, où se déroule la majeure partie de l’histoire.

Le film a été présenté en 2010 à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes et a été présélectionné en Belgique pour être présenté aux Oscars, dans la catégorie du Meilleur Film Etranger, n’ayant cependant pas pris place parmi les cinq finalistes.

Avant Illégal, M. Masset-Depasse a réalisé deux courts-métrages : Chambre Froide en 2000 et Dans l’ombre en 2004, présentant tous les deux des personnages féminins résolues, bien décidées à atteindre leurs objectifs coûte que coûte. Ces deux films connurent un grand succès auprès de la critique, remportant environ 60 prix et récompenses aux divers festivals cinématographiques européens et internationaux. Suite à ce succès, le réalisateur Belge a réalisé son premier long-métrage en 2006 intitulé Cages, qui relate l’histoire d’un amour passionné mais destructif. Invité à de nombreux festivals internationaux, dont ceux de Toronto et Rome, ce film a été reçu en Belgique avec les éloges de la critique et a recueilli l’enthousiasme du public.

Le rôle central d’un personnage féminin luttant pour préserver son identité et ses émotions perpétue un lien entre les précédents films de Masset-Depasse et Illégal. Ce qui ressort le plus, c’est la présence dans ces quatre films de la même actrice principale, Anne Coesens, que le réalisateur Belge décrit de cette façon : “C’est un Stradivarius. Quand tu as un tel instrument, tu n’en changes pas : tu joues avec et tu ne t’en lasses pas. J’ai fait tous mes films avec elle. Je crois savoir trouver le jeu juste mais avec Anne, je peux vraiment aller très loin. Je suis meilleur directeur d’acteur avec elle qu’avec les autres. Notre symbiose apporte beaucoup à mes films, à celui-ci en particulier.”

 

En présentant le film, M. Masset-Depasse a expliqué comment lui est venue l’idée de placer une immigrante illégale au centre de l’histoire : “Beaucoup de films ont montré ce que ces gens pouvaient endurer pour arriver ou pour rester chez nous. Un jour, j’ai découvert que j’habitais à quinze kilomètres d’un centre de rétention administrative pour sans-papiers et j’ai voulu en savoir plus. On a souvent été sur le terrain, à la rencontre de sans-papiers mais aussi de gardiens et de policiers. J’adore le documentaire, mais je me sens plus à l’aise avec la fiction. Elle permet de travailler plus en profondeur la subjectivité des personnages, de tendre plus vers l’Universel. De plus, je voulais traiter le sujet sous la forme d’un thriller psychologique. Pendant la conception d’Illégal, j’ai beaucoup pensé au film Midnight Express d’Alan Parker, bien que je souhaitais que le film soit réaliste et documenté. Tout ce qu’on voit dans le film s’est passé au moins une fois dans la réalité.”

Après Illégal, en 2015, M. Masset-Depasse a réalisé pour la télévision le film Sanctuaire présenté en janvier au Festival International de Programmes Audiovisuels de Biarritz.

 

Michele Marangi

Now playing:
Featured Posts